Contacter Oniris Rennes par téléphone+33 299 36 46 06

Les horaires Oniris Rennesdu mardi au samedi de 14h à 19h

Aurelie NEMOURS

Est née à Paris en 1910

Elle expose à la galerie Oniris depuis 1988

Elle est décédée début 2005 à l’âge de 94 ans

Aurelie NEMOURS

 

Aurelie Nemours s’était engagée dans la voie de l’abstraction à partir de 1949, développant une peinture abstraite, construite à partir de couleurs pures et de formes géométriques issues du carré, mais sans dogmatisme ni systématisme. Ses compositions sont strictement disposées dans le plan, fondées sur le croisement de l’horizontale et de la verticale.

Aurelie Nemours est décédée le 27 janvier 2005 à Paris à l’âge de 94 ans, quelques mois après que le Centre Beaubourg lui ait rendu hommage en organisant une grande rétrospective de son œuvre. Elle avait consacré sa vie à la peinture.

« Le travail artistique repose sur la disponibilité. Pour cela, il faut se libérer, faire le vide et même perdre pied, parce que c’est là qu’est possible la révélation de l’être. L’art doit être fécondé par de tels instants ».

Sa peinture ne comporte en général que peu de couleurs (parfois elle ne met en jeu que le noir et le blanc), mais joue toujours sur l’intensité des champs colorés. La peinture met en œuvre des accords de couleurs qui peuvent évoquer des tons, des sonorités, décrire des climats. Son travail se caractérise à la fois par sa rigueur mais aussi par une très forte sensibilité, voire une grande spiritualité. Pour Aurélie Nemours, peindre, c’était « chercher la vérité du monde ». Elle avait, disait-elle, « la peinture dans le cœur et dans la tête ». Aurélie Nemours est la grande dame de l’art concret, et elle ne l’est pas seulement dans son pays natal, la France. Son œuvre, que les musées de Ludwigshafen, Bottrop et Ingolstadt ont présentée en Allemagne dans le cadre d’une vaste exposition rétrospective en 1995, jouit de la plus haute considération internationale. Elle fait partie des œuvres artistiques proéminentes de l’art concret et se présente comme la variante européenne d’évolutions américaines importantes telles que le « Colorfield painting» d’un Ad Reinhardt ou le « Minimal Art ». Dans ses œuvres des années quarante et cinquante, les formes libres et les structures diagonales élaborent des motifs ouverts de surfaces colorées. Les œuvres sérielles regroupées sous le titre « Rythme du millimètre, les « Angles » si rigoureux, mettent en rapport deux couleurs ou plus. Aussi, les éléments formels irréguliers de la série « Nombre et hasard », les toiles rayonnantes des « Quatuors » et des « Colonnes » monochromes sont autant d’éléments constituant son œuvre. Bien qu’Aurélie Nemours ne travaille certes pas sans système, puisqu’elle va se servir d’ordres numériques dans ses œuvres structurelles, son œuvre n’est pas celle d’une austère Colour field painting « systématicienne ». Ses appréciations formelles procèdent le plus souvent d’une démarche intuitive et visent à rythmer l’espace pictural. L’artiste n’emploie que peu de couleurs, mais les mélanges complexes qu’elle utilise génèrent des tons vibrants de vie. Les œuvres de Aurélie Nemours sont des tableaux de méditation qui, par l’extrême réduction des couleurs et des formes, visualisent les idées ou les lois sous-tendant les apparences et déclenchent des réflexions sur la globalité et le devenir de l’univers. Consciente d’actualiser des principes au sens de l’abstraction, Aurélie Nemours a créé une œuvre impressionnante d’une grande force visuelle et d’une haute spiritualité. In « Nemours », sous la dir. de R. W. Gassen et L. von Mengden, Wilhelm-Hack-Museum, Wienand Verlag, 1995.

Lire la suite

Biographie

2005 : la Ville de Rennes investit 1,6 millions d’euros pour son oeuvre post-mortem “Alignement du XXIème siècle” (72 colonnes de granit gris, hautes de 4,5m, placées à intervalles réguliers)

2005 : rétrospective au Centre Beaubourg à Paris

2001 : création du prix Aurelie Nemours par l’artiste

1998 : elle réalise les vitraux du Prieuré Notre-Dame de Salagon à Mane (Alpes de Haute-Provence)

1965-1970 : le carré devient la forme récurrente dans son oeuvre

1961 : première exposition personnelle à Londres

1957 : elle adhère au groupe “ESPACE” crée par André Bloc

1948 – 1951 : fréquente l’atelier de Fernand Léger

1946 : expose au Salon d’Art Sacré et se passionne pour le vitrail

1941 : étudie à l’académie d’André Lhote

1921 : étudie les arts égyptien et byzantin à l’Ecole du Louvre

Collections publiques

Musée National d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou, Paris

Fond National d’Art Contemporain, La Défense, Paris

Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

Musée de Grenoble

Espace d’Art Concret, Mouans-Sartoux

Musée d’Art et d’Industrie, Saint Étienne

Musée d’Art Moderne, Céret

Musée d’Art Moderne et Contemporain, Strasbourg

Musée des Beaux-Arts, Rennes

Musée des Beaux-Arts, Nancy

Musée des Beaux-Arts, Nantes

Musée des Beaux-Arts, Mulhouse

Musée des Beaux-Arts, Rouen

Musée Matisse, Cateau-Cambrésis

Musée d’Art et d’Histoire, Cholet

Musée des Beaux-Arts, Besançon

Musée Municipal, Cambrai

Musée de La Cohue, Vannes

Musée Fabre, Montpellier

Musée des Ursulines, Mâcon

Musée Tavet-Delatour, Pontoise

Bibliothèque Nationale France, Paris

et de nombreux FRAC

Voir plus

Les oeuvres